Nid vu nid connu

Hommage aux granges traditionnelles

A la recherche de l’architecture du moindre impact, le « nid » s’inspire largement des constructions agricoles vernaculaires. Sa forme et sa texture familière rendent hommage aux granges traditionnelles et tente d’en retrouver le charme discret.

Cet imaginaire pastoral dicte le choix de matériaux locaux largement disponibles tels le bois et la paille dont l’impact écologique est quasi nul. La référence au patrimoine rural loin d’engendrer un habitat archaïque est le support d’innovations techniques en termes de confort, d’ambiance, et d’efficacité énergétique.

L’effort d’intégration paysagère conduit logiquement à réinterpréter plusieurs techniques vernaculaires éprouvées.

La paille porteuse compressée entre deux lisses offre une enveloppe continue, cohérente et hautement isolante. Son volume rectangulaire simple et lisible évoque immanquablement une simple accumulation de bottes de pailles.

A l’intérieur, les panneaux de bois offrent une surface finie lisse et couplés à la paille, ils confèrent au bâtiment une certaine inertie thermique.

L’ossature légère en bois brut est caractéristique du système de portique des granges traditionnelles, une trame régulière décolle le volume du sol et soutient plafond et plancher. Elle accueille également une large toiture qui protège généreusement les façades en paille laissées brut.

Cohabitant harmonieusement ces différentes techniques complémentaires permettent une économie de matériaux importante. Le contraste entre la masse du volume enclos par la paille et la légèreté de la structure qui la soutient, produit une rencontre harmonieuse et poétique.

Largement vitrée au sud, sur-isolée et dotée d’une grande capacité de stockage des calories solaires, la construction devrait sans technologie complexe, nécessiter très peu d’apports thermiques.

Le « nid » naît également d’une réflexion sur le caractère éphémère des constructions. En effet si le bâtiment apparaît comme massif, la majeure partie de sa matérialité est totalement renouvelable. La paille qui le compose n’est pas amenée à être déplacée, mais peut très aisément être recyclée sur place par compostage. La structure quand à elle peut être démontée et remise en œuvre ailleurs avec de nouvelles matières premières locales et bon marché.