Autour du Ried

Une vision d’ensemble du Ried

Au paysage riche et sauvage du Ried, nous avons choisi de répondre par une forme génératrice simple, celle du cercle, qui s’adresse entièrement à son environnement. Si la superficie de 20m2 au sol est respectée, le volume s’évase progressivement afin d’occuper de manière plus affirmée le paysage, et initier un dialogue avec ce dernier. De par son architecture, la cabane, lieu de vie, s’inscrit dans la plaine marécageuse et permet une appréhension de l’environnement dans son intégralité.
En contraste avec l’échelle grandiose du paysage, l’espace intérieur s’articule autour d’un patio. Cœur protégé du lieu de vie, ouvert ou fermé au gré des saisons, il laisse pénétrer à l’intérieur de l’habitation les roseaux et herbes hautes ; mise en abyme du Ried, de la nature en lien étroit avec la vie de l’homme.

Centrée sur ce puits de lumière, l’organisation intérieure est choisie en fonction de l’orientation. La forme circulaire permet en effet de suivre la course du soleil, d’est en ouest. Un mobilier continu, disposé en périphérie, intègre alors les besoins propres aux différentes activités de la journée. Au nord, côté entrée, la partie nuit (lit et rangements), volume plus intime et bas, laisse place à un plan de travail, à l’est, puis à la zone de rencontre et d’échange (assises) au sud, volume plus généreux venant chercher le ciel et la hauteur. En façade, les percements sont fonction de l’orientation et des besoins en lumière qui répondent à l’organisation de l’espace selon une journée type de l’habitant. La démarche de composition est ainsi intimement liée aux éléments naturels et pose les bases d’une pensée écologique pérenne.

Au-delà de sa fonction première de séparatif entre l’intérieur et l’extérieur, la façade de notre cabane prend une toute autre dimension. Inspirée des séchoirs à maïs de la plaine d’Alsace, elle devient fonctionnelle et permet l’entrepôt des épis afin qu’ils sèchent au soleil. Changeant avec les saisons, elle brouille la lecture immédiate de l’objet, efface même l’habitation. INSERTION DET+AXONO Si l’introduction au cœur de l’espace naturel d’une forme de culture liée à l’activité humaine peut sembler en opposition avec la nature sauvage du Ried, cette dernière se révèle à nouveau par le patio lorsqu’on pénètre dans la cabane. Le lieu de vie est ainsi au point de rencontre entre nature et culture. Il devient alors le symbole d’un équilibre nécessaire à trouver entre nature préservée et culture maîtrisée, comme base d’un développement durable.

Nous tenons à remercier pour leur aide précieuse et leur investissement tout au long du projet :

Pour la fourniture et la pose de la charpente et l’habillage intérieur : Charpentes Martin, MM. Benoît et Yannick Martin, Neubois (67)

Pour la fourniture et la pose des stores du patio et entrée : Rowastores, M. Ohlmann, Vendenheim (67)

Pour le design du mobilier intérieur : Mlle Delphine Gauchi, designer, Versailles (78)

Pour la fourniture du mobilier intérieur : La Petite Cognée, M. Rémy Schelcher, Rumersheim-le-Haut (68)

Pour la fourniture du grillage : Grillages Wünschel, M. et Mme Wünschel, Châtenois (67)

Et également : Scierie Ehrhart, Hilsenheim (67)

M. Bertrand Müller, agriculteur, Rumersheim-le-Haut (68)

Métallerie Heim, M. Heim, Muttersholtz (67)

Et enfin : Inès Jebli, philosophe, Lucas Stoppele, designer, ainsi que toutes les personnes, amis et famille, qui nous auront aidés à la construction.

A propos des architectes

Bastien Saint-André, Architecte INSA HMONP, Strasbourg

Maxime Lang, Architecte INSA HMONP, Mulhouse

L’équipe :

Tous deux diplômés du département architecture de l’INSA Strasbourg en 2008, après diverses expériences en France et à l’étranger (Erasmus à l’Ecole polytechnique de Milan, projets en agence à Rome et Paris pour Bastien, Erasmus à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne et projets en agence en Alsace et à Paris pour Maxime) nous exerçons maintenant dans deux agences parisiennes. Bastien est chef de projets chez Ibos et Vitart architectes, Maxime chez DNDARCHITECTES.


Après avoir déjà collaboré sur des projets et concours étudiants, nous continuons à travailler en binôme sur des projets personnels nous permettant de confronter nos points de vue sur l’architecture et de mettre en parallèle nos expériences complémentaires dans la conception et l’approche des diverses phases du projet.

C’est dans cette optique que nous avons choisi de répondre au concours Archi<20, motivés par la dimension concrète et écologique du projet, la volonté de réfléchir et de construire un espace de petite échelle, et l’attachement à la région.

Maxime Lang et Bastien Saint-André :